Accueil > Alertons les bébés > Communiqué de presse des acteurs de l’éducation à l’environnement

Communiqué de presse des acteurs de l’éducation à l’environnement

jeudi 12 juin 2003

Les acteurs de la protection de la nature et du développement durable en France sont menacés de disparition.

Paris, le 3 juin 2003

La semaine du développement durable, la Charte de l’environnement adossée à la Constitution, le discours du Sommet mondial de Johannesburg ont été autant de messages politiques forts, exprimés au plus haut niveau de l’Etat depuis un an. L’ensemble des acteurs de la protection de la nature s’était réjoui de cette évolution claire en faveur de l’environnement.

Néanmoins, de telles ambitions politiques nécessitent des moyens importants en investissement et en fonctionnement pour être mises en œuvre. Or, les différents acteurs de protection de la nature, dans la richesse de leur diversité [1], expriment leur profonde inquiétude face à la situation actuelle qui ne leur permet plus d’assurer leurs fonctions en même temps que les emplois qu’elles ont su développer, au bénéfice de l’intérêt général de la nation et de la défense d’un environnement sain.

Tous ces acteurs ont un rôle-clef dans l’application des décisions politiques sur le terrain : sensibiliser les populations locales concernées par ces décisions, les mettre en œuvre concrètement et favoriser l’action concertée avec les professionnels locaux. Par leur action, ils dynamisent la vie des territoires et participent à leur valorisation et à leur développement.

Or, un gel budgétaire gouvernemental massif menace purement et simplement la survie des acteurs de l’environnement en France.

Très amers, ces derniers déplorent de telles restrictions, intervenant au moment même où l’on prétend consacrer une plus grande reconnaissance de la place de l’environnement et un droit de l’homme à l’environnement dans notre Constitution. Moment où l’on affirme l’urgence et la nécessité d’un développement durable appliqué à chacun, sur le terrain.

Cet état de fait illustre l’ambiguïté de l’action gouvernementale et l’écart qui s’installe entre le discours et l’action, entre une ambition louable et les moyens accordés pour réussir.

L’ensemble des acteurs du monde de l’environnement, associations et collectivités locales, demande donc à ce que les politiques annoncées soient maintenant déclinées concrètement par la reconnaissance de l’utilité des différents acteurs, au niveau national. Ils demandent aussi la réévaluation à long terme des financements qui permettent de poursuivre leurs actions de protection et de maintien de la qualité de notre environnement.

Si rien n’est fait dans ce sens, la conservation durable du patrimoine naturel de la France sera gravement menacée.

Face au risque d’être bientôt condamnés à l’impuissance, l’ensemble de ces organisations en appelle à l’arbitrage présidentiel.

Contacts presse :
Olivier Lemaître : 03 80 48 91 03 (Réserves Naturelles de France)
Christophe Lépine : 06 07 27 20 60 (Fédération des Conservatoires d’Espaces Naturels)
Annie L’Horset : 01 44 90 86 20 (Fédération des Parcs naturels régionaux de France)


[1représentée par (dans l’ordre alphabétique) : Bretagne Vivante - SEPNB, la Fédération des Conservatoires d’Espaces Naturels, la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, Réserves Naturelles de France, Rivages de France, l’Union Nationale des Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement et le WWF.